MISSION « ARMADA »

  • André JARROT (alias Claude Goujon) et Raymond BASSET (alias Claude Mary), Compagnons de la Libération.

Concerne le troisième parachutage au terrain « Napoléon » à GOUTTIERES, la nuit du 16 au 17 août 1943.

Voir le précédent article sur l’action d’Adolphe CHABASSIÈRE, ancien résistant FFC et FFI de la Zone 13.

Article de la Fondation de la Résistance.

Lorsqu’il est mentionné « parachuté près de Clermont-Ferrand » il s’agit en fait du terrain Napoléon à Gouttières.

Fin 1942, leurs qualités de meneur d’hommes, leur témérité et leur connaissance du département désignent André Jarrot ainsi que Raymond Basset pour accomplir la première mission Armada. Appelés à Londres par le BCRA, ils sont arrêtés à la frontière pyrénéenne et internés en Espagne cinq mois durant. Ce n’est qu’au printemps 1943 qu’ils parviennent à rejoindre la Grande-Bretagne via Gibraltar.

Après un séjour à Londres au cours duquel il rencontre le général de Gaulle et où il subit un entraînement intensif de saboteur, André Jarrot, alias Claude Goujon, est parachuté en France, avec Raymond Basset,, près de Clermont-Ferrand, dans la nuit du 16 au 17 août 1943.

Dans le cadre de la mission Armada, ils doivent neutraliser l’alimentation électrique des aciéries du Creusot, objectif visé en vain par la RAF en 1942, dont les bombardiers ont occasionné peu de dégâts aux usines mais des centaines de morts civils.

Ayant retrouvé Pierre Guilhemon, du réseau Brandy récemment démantelé, Jarrot et Basset, s’occupant directement des objectifs principaux et coordonnant l’action de plusieurs équipes constitués de résistants locaux, accomplissent alors, dans la nuit du 2 au 3 septembre 1943, le sabotage de la centrale thermique de Saint-Marcel-les-Chalon, des transformateurs et disjoncteurs de Germolles et de Lacrost, de la station de transformation au pont Jeanne-Rose près de Montchanin et des pylônes sur la ligne à haute tension Pougny-Le Creusot.

Le franc succès de la mission Armada se concluant par un rapatriement rapide des deux saboteurs à la mi-septembre par opération aérienne amène Londres à leur confier une mission plus importante : Armada II qui vise l’alimentation électrique de plusieurs centres industriels , dont la région parisienne.

Nota : Ils avaient en fait une double mission : libérer Jean MOULIN de la prison du Fort Montluc à Lyon (mission « Lougre ») et détruire les usines du Creusot (mission « Armada »). Arrivés à Lyon vers le 19 août, les deux hommes apprennent que Jean Moulin à été transféré depuis plusieurs semaines.

2 réflexions sur “MISSION « ARMADA »”

  1. Sait on ce qu’il est advenu du 3ème passager, Charles Le Bihan ? Faut-il penser qu’en fait le message annonçant leur arrivée était double; « 40 siècles vous contemplent’ et « Pour Napoléon, apprêtez-vous à recevoir trois riches grognards » Et que penser de cet autre message qui fixe au 19 l’arrivée de Jarrot et Basset sur le terrain Sorcière situé à Saint Ambreuil en Saône et Loire, « Le transformateur fuit » ?

    1. Bonsoir. Merci de suivre l’activité du musée de la résistance en Zone 13, qui a failli fermer en 2019, suite à un cambriolage massif.
      Effectivement, il existe des d’interrogations. Nous faisons des recherches d’archives pour confirmer ou infirmer certains points que vous soulevez notamment pour ce troisième homme.
      Si vous avez des informations, pour nous permettre d’avancer, nous sommes bien évidemment preneurs.
      Concernant le paragraphe sur la mission Lougre « arrivés à Lyon vers le 19 août », il en est fait mention sur le site Musée de l’Ordre de la Libération.
      Merci à vous

Les commentaires sont fermés.

Panier
Retour haut de page