SOUVENONS-NOUS ! CHABASSIERE LEOPOLD

CHABASSIERE Léopold Michel ; pseudonyme dans la résistance « Popol ».

né le 5 février 1924 aux Boissis, commune d’Ayat-sur-Sioule (Puy-de-Dôme), torturé puis exécuté sommairement par les Allemands le 5 septembre 1944 aux Vesvres, commune d’Yzeure (Allier). Fils de Jean-Louis CHABASSIERE et de Mathilde Marie CHARTRON, Léopold était le second de trois enfants. Le père était forgeron et maréchal-ferrant aux Boissis et sa mère couturière, le couple tenait également un café dans leur demeure.

Il intégra le maquis des Bougets dès décembre 1942, groupe de Lucien LEPINE qui réceptionna quatre parachutages en 1943 et 1944. A partir du 3 juillet 1944, il fut membre de la compagnie des volontaires FFI Auvergne n° 2/13 du capitaine « Eddy » alias d’Édouard GUIBERT, sous le commandement de Louis Proust « Commandant Lavenue » Le 2 septembre 1944, la compagnie « Eddy » quitte Saint-Didier-la-Forêt (Allier) en direction de Toulon-sur-Allier (Allier). Elle est chargée de harceler l’ennemi et, éventuellement, d’arrêter les trains blindés allemands quittant Moulins.

Dans son édition du 11 septembre 1944, le journal Valmy relata ainsi la bataille d’Yzeure : « Dans la matinée du 5 vers 9 heures, un bruit de fusillade venant de l’est de la ville alerta tout le monde. On sut bientôt qu’un accrochage venait d’avoir lieu aux portes d’Yzeure sur la petite route de Montbeugny que les troupes allemandes empruntaient.
Parvenu à la sortie des haies, dans la plaine, le convoi allemand ne tarda pas à essuyer des coups de feu venant des crêtes de Blasson. La bataille devait s’engager avant la vallée de Champvallier près de la petite ferme des Miettes située en bordure de la route où les Allemands avaient installé une pièce d’artillerie de petit calibre et plusieurs mitrailleuses. Les F.F.I., tous jeunes et résolus, au nombre de quatorze visaient bien. Deux tireurs allemands ne tardèrent pas à être abattus dans la cour de la maison qui fut transformée en poste de secours en l’absence des habitants qui avaient pris sagement la fuite. Les balles de mitrailleuses du convoi allemand fouillaient les haies et crépitaient sur les fermes. Certaines de fabrication spéciale y ont même provoqué des commencements d’incendie. Du coté allemand, il y eut neuf morts et de nombreux blessés qui furent tous emmenés par la colonne. Malheureusement, on avait à déplorer du coté des forces de la résistance sept tués.
CHABASSIERE Léopold, pourvoyeur au fusil-mitrailleur, fut blessé à une cuisse. Ne pouvant se replier, il fut capturé et attaché avec un fer à cheval planté dans un arbre. Torturé, il fut achevé le soir à la mitraillette par un soldat allemand avant que les dernières troupes ennemies ne quittent la ville.

Il repose au cimetière communal d‘Ayat-sur-Sioule où il fut inhumé dans le caveau familial avec les honneurs militaires d’un détachement du 92° RI.

Il fut homologué FFI à compter du 4 juin 1944. Médaillé militaire et Croix de guerre avec palme, son nom figure sur le monument commémoratif du « Petit Panloup » à Yzeure, sur le monument de la Résistance de Lapalisse (Allier) et sur le monument aux morts d’Ayat-sur-Sioule. Une rue d’Yzeure porte son nom.

Panier
Retour haut de page