SOUVENONS-NOUS !

Le 14 août 1944, au château des Chaumes du Puy commune de TEILHET (Puy-de-Dôme), cinq FFI tombaient sous les balles hitlériennes.

En août 1944, un groupe de maquisards vient s’installer au château des Chaumes du Puy à Teilhet, petit château au milieu des bois. Ce lieu devient alors le PC du groupe FFI du Corps franc des Truands, dirigé par le commandant MAZUEL (dit Judex). Il s’agit d’un groupe particulièrement actif dans la lutte contre l’oppresseur nazi, groupe agissant et recrutant en Haute-Loire, Cantal et Puy-de-Dôme, rattaché à l’Armée Secrète et qui a participé aux combats du Mont-Mouchet et de Chaudes-Aigues (Cantal et Haute-Loire). Il est de fait, très recherché par les nazis. Il est divisé en quatre sections, à Outre commune de Marcillat-en-Combrailles, à Darot (saint Quintin-sur-Sioule) et au village de Machal commune de Dallet (63).

C’est dans la matinée du 16 août 1944, au creux du rocher à Saint-Bonnet-près-Riom qu’un groupe de maquisards du Corps franc des Truands, s’attaque à ce qu’il pense être une escouade de l’armée allemande alors qu’il s’agit en fait d’un important convoi ennemi. 9 maquisards sont tués, 3 s’échappent, et un est fait prisonnier. L’attaque fait une victime collatérale, Michel Servol, qui travaille dans un champ, à proximité.

Sans doute sur dénonciation, dans la soirée, un camion rempli de soldats allemands, attaque le PC de la Chaumes du Puy.

La sentinelle, emplie de courage, vide les chargeurs de son fusil mitrailleur sur l’assaillant, y laissant sa vie. Son sacrifice n’est pas vain, puisqu’il permet à ses camarades de s’enfuir à travers bois. Les soldats de la Wermarcht s’installent alors dans le château et montent une embuscade. Plus tard, de nuit, cinq FFI du Corps-Franc des Truands, de la section de Outre, arrivent en véhicule au château au retour de l’opération à Saint-Bonnet-près-Riom. Malgré l’absence de la sentinelle, ils s’engagent confiants sur le chemin, avant de tomber dans l’embuscade meurtrière tendue par les allemands. Leur voiture est mitraillée. Trois sont tués, deux arrivent à s’enfuir.

Le lendemain une contre-attaque est menée par les F.F.I du secteur, notamment ceux de la compagnie 3/13 dite compagnie « Martin » qui s’était établie à la Villefranche, commune d’Espinasse. Les allemands sont mis en déroute et après avoir pillé le château et mis le feu, ils déguerpissent.

On dénombre alors la mort de 5 FFI, tués ou exécutés par les nazis :

DUPRAT, Albert, 21 ans, dit « Baron » qui était la sentinelle.

BLANCHOT, Albert, 24 ans, dit « Croquignol » qui était dans le véhicule.

FLECHELLE, Jean-Paul, 19 ans, dit « La Tuille » qui était dans le véhicule.

FRANCOIS, Victor, 21 ans, dit « Barberousse » qui était dans le véhicule.

Un corps calciné trouvé dans le château sera identifié longtemps après comme étant COURCHINOUX, Félicien, 29 ans, dit « Tartarin ». Il serait revenu se réfugier au château, après la première voiture, au retour de l’opération de Saint-Bonnet.

Quant aux deux autres occupants du véhicule : JOLY Alfred, blessé, il réussira à s’échapper et sera soigné à l’infirmerie des Egalennes commune de La Cellette (Puy-de-Dôme). PETIJEAN Robert, indemne s’échappera également.

Un hommage leur a été rendu, le dimanche 7 août 2022, à l’occasion de la journée du souvenir de l’Amicale Zone 13.

Panier
Retour haut de page