SOUVENONS-NOUS

Les 11 et 13 juin 1944 – 3 Résistants (23 ans, 20 ans, 19 ans) sont ‘Morts pour la France’ dans la bataille du Mont-Mouchet.

(Sources : ZONE 13 et Le Maitron).

En mai 44, la Résistance auvergnate décide, en accord avec le gouvernement provisoire de la république présidé par le Général DE GAULLE, de créer des rassemblements de patriotes armés. Elle lance un appel aux armes signé par le colonel Émile COULAUDON (Gaspard). Cet appel trouve un écho très favorable dans le secteur. Ainsi, à la mi-mai, une centaine de jeunes volontaires s’incorporent au sein des F.F.I. et rejoignent notamment les Monts de la Margeride et le Mont Mouchet à la limite du Cantal et de la Haute-Loire. Ici, Camille VACANT, alors instituteur , conduit les jeunes volontaires de la commune. Ce fut aussi le cas des jeunes de Pionsat, Saint-Julien-la-Geneste, Espinasse, Ayat-sur-Sioule, le Quartier, Saint-Eloy-les-Mines et les maquis qui se trouvaient dans la région. Direction : le rassemblement important du Mont Mouchet. Les allemands, inquiets de l’importance de ce maquis, décident de le détruire. Une première attaque a lieu le 2 juin 44. Elle échoue, mais ils reviennent en force, avec l’intervention de l’artillerie et de l’aviation. Le 11 juin au matin, les F.F.I. de Saint-Maurice, et ceux de Saint-Julien et d’Espinasse, se trouvent au Crépoux, retranchés avec d’autres volontaires, surveillant la route qui va de Pinol à la Maison Forestière. L’attaque est plus violente. Il est difficile de la contenir ; 23 F.F.I. sont morts et parmi eux les deux frères DUGAT, originaires de Saint-Maurice et l’alsacien DELLENBACH qui était réfugié dans cette commune (décédé des suites de ses blessures le 13 juin).

Les frères DUGAT :

DUGAT Marcel, né le 5 mars 1924 à Saint-Maurice-près-Pionsat (Puy-de-Dôme), résistant au sein des FFI. Pseudonyme dans la résistance « Zumba ». Reconnu ‘Mort pour la France’.

DUGAT René, né le 15 mai 1921 à Saint-Maurice-près-Pionsat (Puy-de-Dôme), résistant au sein FFI. Reconnu ‘Mort pour la France’.

Fils de Jean et de Maria VALLENET. Déclarés pupilles de la Nation, cultivateurs, ils habitaient chez leur mère à Saint-Maurice-près-Pionsat.

DELLENBACH Pierre, né le 1er avril 1925 à Ranrupt (Bas-Rhin), agriculteur, incorporé de force dans l’armée allemande ; déserteur ; membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI). Mort des suites de ses blessures le 13 juin 1944. Reconnu ‘Mort pour la France’.

Fils de Paul, agriculteur, et de Marie, née Sublon, Pierre Dellenbach travaillait à la ferme familiale à La Salcée, commune de Ranrupt (Bas-Rhin). Il était célibataire.
Il fut incorporé dans le Reichsarbeitsdienst, RAD ou service du travail, à Kassel (Allemagne) du 22 juin au 22 septembre 1943. Il profita d’une permission en Alsace pour s’évader et rejoindre la Creuse. Il est venu se réfugier sur la commune de Charron puis sur la commune de Saint-Maurice-près-Pionsat (Puy-de-Dôme).

Leurs noms figurent sur une stèle commémorative à Saint-Maurice-près-Pionsat.

Panier
Retour haut de page