SOUVENONS-NOUS – BEAUNE REMY, FUSILLE PAR LES ALLEMANDS, A ORCINES (PUY-DE-DOME) LE 13 JUILLET 1944.

Né le 22 octobre 1912 à Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme), Rémy BEAUNE était le fils de François, mineur, et de Jeanne Madeleine Daffix. Il se maria le 4 juin 1934 à Saint-Eloy-les-Mines, avec Judith Raymonde Müller, dont il eut quatre enfants. Le couple était domicilié à Pigoil, commune de Saint-Eloy. Rémy BEAUNE exerçait, comme son père, la profession de mineur.Le 10 juin 1944, lors des obsèques d’un jeune maquisard, Gabriel DIONNET, tué la veille au cours de l’attaque d’un convoi allemand de la division « Das Reich », Rémy BEAUNE est arrêté par les soldats d’une unité allemande et conduit à la prison militaire allemande de Clermont-Ferrand. Sa femme avait réussi à s’enfuir. Le fait qu’il ait assisté avec d’autres à cette cérémonie, en dépit de la présence et de la surveillance de l’occupant, peut être considéré comme un acte de résistance. Il fut extrait de sa cellule avec 23 autres otages et conduit à la carrière abandonnée de Triouleyre, près du hameau de La Baraque, à Orcines (Puy-de-Dôme). Ils furent fusillés le 13 juillet 1944 aux environs de 12h00 par le SD (service de sécurité allemand de la SS) de Chamalières (Puy-de-Dôme). Les cadavres ont été retrouvés le 14 juillet dans l’après-midi ; les corps étaient allongés face contre terre, alignés les uns contre les autres.

Il fut déclaré « Mort pour la France » le 21 juin 1948.

Son nom figure sur le monument commémoratif aux résistants à la carrière d’Orcines (Puy-de-Dôme) et sur le monument aux morts de Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme).

Né le 22 octobre 1912 à Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme), Rémy BEAUNE était le fils de François, mineur, et de Jeanne Madeleine Daffix. Il se maria le 4 juin 1934 à Saint-Eloy-les-Mines, avec Judith Raymonde Müller, dont il eut quatre enfants. Le couple était domicilié à Pigoil, commune de Saint-Eloy. Rémy BEAUNE exerçait, comme son père, la profession de mineur.Le 10 juin 1944, lors des obsèques d’un jeune maquisard, Gabriel DIONNET, tué la veille au cours de l’attaque d’un convoi allemand de la division « Das Reich », Rémy BEAUNE est arrêté par les soldats d’une unité allemande et conduit à la prison militaire allemande de Clermont-Ferrand. Sa femme avait réussi à s’enfuir. Le fait qu’il ait assisté avec d’autres à cette cérémonie, en dépit de la présence et de la surveillance de l’occupant, peut être considéré comme un acte de résistance. Il fut extrait de sa cellule avec 23 autres otages et conduit à la carrière abandonnée de Triouleyre, près du hameau de La Baraque, à Orcines (Puy-de-Dôme). Ils furent fusillés le 13 juillet 1944 aux environs de 12h00 par le SD (service de sécurité allemand de la SS) de Chamalières (Puy-de-Dôme). Les cadavres ont été retrouvés le 14 juillet dans l’après-midi ; les corps étaient allongés face contre terre, alignés les uns contre les autres.

Il fut déclaré « Mort pour la France » le 21 juin 1948.

Son nom figure sur le monument commémoratif aux résistants à la carrière d’Orcines (Puy-de-Dôme) et sur le monument aux morts de Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme).

Panier
Retour haut de page