SOUVENONS-NOUS !

SANTARELLI, Pascal, victime de la barbarie nazie.

Né le 11 novembre 1904 à Bilia (Corse), résistant au sein des Mouvements Unis de la Résistance (MUR). Torturé puis exécuté par le SD le 23 juillet 1944 sur la commune d’Echassières (Allier).

Fils de Vincente et de Marie, née Toussaint, il était marin pêcheur à Bilia (Corse) en 1926. Pascal SANTARELLI se maria le 30 août 1931 à Youx (Puy-de-Dôme) avec Jeanne LAPEYRE et vivait dans cette commune dans le quartier mineur de Montjoie. Il était ouvrier mineur aux mines de la Bouble, commune de Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme) tandis que son épouse tenait le café des Sports à Youx, café où il travaillait également. Il avait une fille, mariée à Stanislas DWORAK, lui-même résistant.

Résistant de la première heure, en 1943 il était en relation avec le maquis Nestor PERRET. C’était chez lui, le lieu de rendez-vous et le refuge lorsque les maquisards descendaient en mission à Saint- Eloy-les-Mines. Il était en charge du ravitaillement (vêtements, couvertures, tabac.).

Il a été arrêté le 22 juillet 1944 à 21 heures, dans son café, par un détachement de troupes allemandes.
Frappé par les soldats dès son arrestation, SANTARELLI a été remis au SD. Il a été interrogé sommairement devant l’école, puis il dut remonter dans le camion. Il a ensuite été torturé pour lui arracher des aveux. Selon les documents du SD retrouvés, il est indiqué que SANTARELLI, qualifié d’Italien par les Allemands, fut fusillé parce qu’il avait été prouvé de façon indiscutable qu’il avait fait passer des réfractaires du STO au maquis.
Il a été exécuté le 23 juillet 1944, au carrefour de la Bosse avec Henri BLOCH, Anastasie HOLOVKA et François KASMAREK. Ils subirent tous les quatre un interrogatoire mené sous les pires tortures. Ils ne parlèrent pas, furent atrocement mutilés, puis exécutés.

Leurs corps ont été enterrés sommairement dans la forêt, et découverts le 11 septembre. Une stèle a été érigée en leur mémoire, à proximité.

Panier
Retour haut de page